Blog de djP

Blog de djP

Mon menu détaillé est ici: http://djpdp.hotglue.me/menu


ChEMiCAl SlidE ShOW SOUNd SYStEM

WoRK in PRoGReSS

Gilles Peetermans: Dias Caustiques
(ce lien est mort)rien

blog chemical slideshow
d'autre pour l'instant

DjP: Science Fiction World Music
musiques (ouvrir dans un nouveau plectre)


  

SERPENTO-down.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


chmsldshw-bulles-light

P
rojections de diapositives animées
sous l'action de
différents fluides. Certains traitements chimiques
préalables entraînent une dissolution +/- lente de
l'émulsion.




NNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNOTE D'INTENTIONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN

"Nous désirons faire valoir des cases que l'évolution fulgurante à laissé pour vides"

En découvrant un spectacle audio-visuel "envoûtant" qui pourrait sembler de
prime à bord élaboré au moyen des techniques informatiques de pointe,
  le spectateur est
, amené à faire le constat de phénomènes
"naturels" et en temps-réel, fruits de l'agencement de différentes
technologies analogiques en voie de disparition et qui nous rappellent combien,
face aux univers numériques, le concret a toujours véhiculé une transparence
didactique et une clarté ouvrant parfois sur des manifestations qu'on
qualifierait de "magiques", là où le digital se voudrait avant tout de les
avoir formatées.



VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVISUELLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL

A l'heure où kodak cesse la fabrication de sa pellicule argentique kodachrome
(1935), la diapositive apparaît comme un des "dead medias" par excellence: de
moins en moins de pellicules et de labos pour les développer, à en juger des
quantités qui se sont retrouvées quotidiennement abandonnées au fil des ans
sur les puces, ça n'intéresse plus grand monde. Les projecteurs sont bradés
en seconde-main si pas jetés en état de marche. Cependant, remplacée le plus
souvent par la projection vidéo, la dia offre une définition, un grain
"chaleureux" qui dépasse de loin la qualité obtenue en vidéo (et cela reste
valable pour le format HD numérique qui émerge en ce moment). Le phénomène
optique de la projection analogique permet diverses manipulations propres au
support dont il n'existe pas d'équivalence digitale: ici c'est l'émulsion
photographique même qui est attaquée en direct par divers mélanges chimiques.



AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAUDIOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

D'un autre côté, la musique joue la réappropriation du son à sa source:
qu'ils soient électroniques ou électro-acoustiques, les instruments ont été
fabriqués de façon intuitive et sur bases de différents matériaux et
appareils recyclés, détournés de leur fonction première (comme par exemple
les amplificateurs téléphoniques). Ils produisent des sonorités peu usitées
et explorent des harmonies des plus improbables. Qualifiée de Science-Fiction
World Music, l'ambiance sonore plonge profondément dans l'étrange, invite à
la découverte de mondes inconnus tout en restant d'une évidente simplicité.



AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAUDIO-VISUELLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL

Qui n'a déjà fait l'expérience de ne pouvoir se concentrer simultanément
sur deux sujets distincts ? Personnellement, je suis incapable en étant
captivé par un musicien, de prêter cette même attention à ce qui est
projeté juste au-dessus sur écran, et inversement.
Il a s'agit pour Chemical Slideshow de faire tomber cette barrière et de
confondre le fond au sujet. Sans se contenter d'inonder la "scène" d'images,
la musique est improvisée vêtu et cagoulé de blanc si bien que ce personnage
 se fonde et disparaisse parfois complètement sous des images contrastées et
mouvantes. Différentes interactions entre
le son et l'image renforcent cette
indissociabilité.



MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMULTIMÉDIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Nous avons là encore recours à une technologie qui a cédé le pas à
l'informatique et au contrôle DMX: Utilisés principalement en boites de nuit
et en soirées, les modulateurs de lumières offrent de façon analogique la
possibilité de moduler tout ce qu'on y branchera:
Un modulateur de lumière pilote 3 projecteurs dia en fonction des impulsions
sonores. Selon, ces images se répondent ou ce chevauchent, un plan reste fixe
ou ponctué par d'autres, joue avec l'obscurité.
Un second modulateur peut contrôler un mouvement  de l'écran par ventilation,
une petite source lumineuse devant l'écran ou encore une projection de
fumigènes, là encore rythmés par la musique.



TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTHÉMATIQUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

Il est possible d'aborder nombre de sujets mais ils seront toujours marqués
par "l'éphémère", la dissolution finale ou l'éparpillement dans les flots.
Aussi nous visitons pour l'instant des images spatiales, de ces astronautes qui
marquaient (1969) l'apogée d'une crédulité naïve des masses et d'une
admiration sans borne face aux médias, dont découlais simultanément la
généralisation du téléviseur. S'il était prôné à l'époque que c'était
là un des plus vieux rêves de l'humanité que de "marcher sur la lune", cette
idée saugrenue a plutôt été enfoncée dans la tête des gens tant ils ont
généralement "rêvés" d'une vie terrestre moins pénible et ce avec bien
plus de conviction.



Se tourner ainsi vers "l'espace" c'était immanquablement négliger le "terrestre".

Ces images ont
bien plus que d'autres, mêlées aux yeux de tous et de toutes
"science-fiction" et "réalité". Or la science-fiction est le style
littéraire qui, prétextant la transposition dans un "autre monde", peut
s'autoriser la "critique" contemporaine qui aurait été dénigrée, brimée ou
même censurée par trop explicite (...)
Cette science-fiction apparaît bien plus comme "mise en garde" que comme "but
à atteindre"... inutile de se tourner vers les étoiles pour y accéder, mais
plutôt savoir lire entre les lignes.



Notre S-F est passéiste, elle explore des cases que
l'évolution fulgurante a laissé pour vides.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALCHEMICCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCC

En utilisant du matériel de récupération, soit des objets dont personne ne cherche
plus à exploiter le potentiel, obsolètes, délaissés; en réorganisant, et bricolant
pour de là,  faire naître un univers magique et atemporel ("l'or" peut-être pas
pur-pur mais n'y voyons que du feu), on rejoint certains principes alchimiques
incontournables tel que symboliquement "prendre un métal vulgaire et le
transformer en or", en toute impermanence.



À défaut, la correspondance
lune / argent(ique) reste bien présente et significative.


PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPERSONNAGESSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

Bien qu'on soit sur scène plutôt face à une déclinaison de "l'homme invisible", Gilles
incarne volontiers mais à l'arrière salle, le docteur ou le savant fou: acoutré en
chirurgien avec gants plastiques et parfois masque de protection, il manipule et répend
différents fluides et/ou préparations réactifves.
notons que:
Le clown blanc est
vétu tout en blanc, chapeau pointu, vêtements bouffants resserrés
aux mollets et avant-bras. Parfois un sourcil en noir.
Le Pierrot n'est pas un clown mais un perso de la comedia del arte, habillé aussi tout en
blanc mais de vêtements amples et légers permettants des mouvements larges
et phantomatiques. Parfois des gros boutons et un bonnet noirs.
Au clair de la lune etc...



ppppppppppuis aussinonnnnnnnnn



Les Lorialets ( appelés aussi lunatiques ) sont des créatures imaginaires issues de
la mythologie européenne. Bien que leur lien avec la Lune différe selon les versions,
ils en sont toujours très proches. Certains sont censés descendent de l'astre ou d'une
déesse lunaire et d'autres dépendent des rayons de ce luminaire pour survivre.
Ils sont en général représentés comme des humains pâles et mélancoliques, et on
les assimile parfois aux albinos et aux enfants de la Lune.

Les Sélénites (ou séléniens) sont les habitants de la lune dont l'existence a été
présumée à plusieurs reprises à travers les âges. Le terme vient du grec selênitês
dérivé du nom de la déesse Séléné (en grec: Σελήνη). Ils sont évoqués au IIe siècle par
Lucien de Samosate dans ce qui est considéré comme le premier écrit de science-fiction :
 "l' Histoire véritable".

La Pierre de Lune est une orthose ; famille des silicates (Tectosilicate) (variété adulaire),
famille des Feldspaths.
Elle doit avoir des reflets argentés ou bleuâtres rappelant la clarté de la lune, liés à la
structure cristalline de ce minéral, pour avoir droit à cette appellation.
Les reflets dans le minéral sont causés par le phénomène optique d'adularescence



......AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA SUIVREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE......



hALFeNhALFbulles.jpg


mommen3-fab.jpg


bulex-pictura.jpg

lamelloscope-5.jpg

hALFeNhALF-eclair.jpg

 bulex-astro.jpg

    jardinmommen-titre

oscope-4-blanc.jpg




SERPENTO-up.gif  
SERPENTO-up.gif                         

Archives